Le dossier

Préjudice de pollution paysagère engendrant une dégradation de patrimoine
au Centre d’Ecotourisme à Cervione


Le Centre d’Ecotourisme « Paesolu di a Suvera a u Ventu », de Cervioni en Haute Corse, est construit sur la crête d’un vallon boisé qui descend jusqu’à la mer. Inséré dans un écrin de verdure, au milieu de jardins, vergers, noiseraies où pâturent les brebis, c’est un lieu préservé, tourné naturellement vers la mer avec une belle vue dégagée sans aucune pollution paysagère.

C’est un lieu paisible, ouvert sur la nature et qui met en application au quotidien les principes de préservation de l’environnement et d’éco-développement.

Intégration paysagère du Paesolu


Aujourd’hui, le centre d’écotourisme est victime d’une agression 


Une SCI commerciale basée à Paris a obtenu un permis de construire sur la parcelle contigüe et veut construire en limite de propriété un bâtiment de 20 mètres linéaires et d’une hauteur variant de 5 mètres à 9,34 mètres.

Le promoteur positionne le bâtiment perpendiculaire aux courbes de niveau à l’inverse des préconisations du Plan Local d’Urbanisme qui n’autorise les constructions qu’en parallèle des courbes de niveau. Ce bâtiment disproportionné dans le paysage, masquera la vue sur la mer depuis une partie des terrains et bâtiments du Centre d’Ecotourisme.

Aucune caractéristique architecturale régionale et d’intégration paysagère n’est prise en compte.


Le permis de construire est totalement irrégulier...


Mais les délais sont dépassés.  Les propriétaires ont masqué beaucoup d’éléments sur le permis de construire et les services de la Commune et de l’État n’ont pas fait correctement le travail de contrôle de légalité nécessaire avant d’accorder ce permis de construire.

Impact paysage

De plus, le bâtiment sera construit à 1,35 mètres de l’ancienne Chapelle pré-romane Saint Hyppolite et défigurera définitivement ce site historique. 


La chapelle Saint-Hyppolite date du Xème ou XIème siècle. Elle a été partiellement reconstruite, il y a fort longtemps, pour être utilisée en bâtiment à vocation agricole, mais la Chapelle a de très beaux restes, notamment des soubassements et des murs en pierre de taille d’époque, riche témoignage d’un patrimoine roman bien présent en Corse.

Brebis près de la chapelle


Recours et soutiens


L’Association AMEDER, Gestionnaire du Centre d’Ecotourisme, ainsi que Gilles et Pascale les créateurs et animateurs du site, étudient depuis plusieurs semaines les possibilités de contestation de cette construction pour préserver la beauté du site et son caractère patrimonial.
Les travaux pourraient débuter très rapidement.
Maitre Benoist Busson, avocat spécialisé en Environnement et Urbanisme, avocat au barreau de Paris, défend le Centre d’Écotourisme et il devrait très rapidement ester en justice.
Les procédures risquent d’être longues, complexes et coûteuses.

Beaucoup d’amis du Paesolu di a Suvera a u Ventu se mobilisent déjà, mais nous aurons besoin de tous vos soutiens pour aboutir.

Tournesol au jardin

Aucun commentaire:

Publier un commentaire